Stimuler la vitalité des maïs pour atténuer les effets des attaques de taupins

Les attaques de taupins sur maïs en début de cycle peuvent engendrer des dégâts considérables. Il n'existe pas de technique de lutte curative contre ces ravageurs. Les leviers d’actions possibles sont la protection au semis et une préparation du sol adéquate. Favoriser la vitalité des jeunes maïs est un moyen d’atténuer les dégâts causés par ces ravageurs. En voici les raisons.

 

Les attaques de taupins, un risque majeur pour le maïs

stimuler degats mais coleopteres taupinLe taupin est un coléoptère dont seule les larves sont nuisibles aux cultures. Le maïs est très sensible aux attaques de larves de taupins depuis le semis jusqu’au stade 10-12 feuilles. Avant 6 et 8 feuilles, les attaques entraînent le dessèchement de la plantule, suivie de sa mort. A partir du stade de 8 feuilles, la sensibilité de la plante s’atténue nettement mais peut occasionner des absences d’épis.
Les invasions de taupins ont généralement lieu au printemps et à l’automne. Les larves s’attaquent aux  semences, aux racines et aux jeunes plants de maïs avec des risques de disparition totale de la plante en cas d’attaques précoces et massives.
Ces phénomènes ont une incidence sur le rendement des cultures :

  • une baisse de rendement de 5 à 10 q/ha en maïs grain et et de 0,5 à 1,5 t MS/ha en maïs fourrage,
  • 5 à 30 % des surfaces bretonnes sont attaquées sur maïs, contre 15 % pour la moyenne nationale, avec des risques de disparition totale de la plante en cas d’attaques précoces et massives.

 

Quels sont les facteurs de risque propices aux attaques des taupins sur les jeunes maïs ?

Il n’existe aujourd’hui aucune technique de lutte curative efficace contre les larves de taupins. Seule une action préventive est envisageable. Mais avant toute chose, il est important d’identifier les facteurs de risque de ces attaques nuisibles :

  • Les cultures suivant une prairie, une culture fourragère ou une jachère sans travail du sol pendant au moins deux ans constituent des facteurs de risque majeur. Les hivers doux favorisent également leur survie.
  • Les semis trop précoces. Le parasite s’installera plus lentement mais plus insidieusement en cas de semis trop précoces. Un sol ressuyé et bien aéré favorise le déplacement, donc l’activité des taupins.
  • Une installation et une croissance lente des plants en début de cycle. Les dégâts des taupins sont d’autant plus importants que l’installation et la croissance du maïs en début de cycle est lente. A l’inverse, une levée favorable du maïs suivie d’une croissance rapide est une garantie contre les attaques.

Par conséquent, fournir une nutrition équilibrée aux jeunes maïs constitue une voie pour accélérer leur croissance en début de cycle. D’autre part, développer le système de défenses naturelles contribue également à la vitalité des jeunes pousses. Ceci les aidera à mieux résister aux éventuelles attaques de taupins.

 

Comment améliorer la vitalité des jeunes maïs et les préparer contre les effets néfastes des attaques de taupins?

L’amélioration de la vitalité des jeunes maïs tient essentiellement à l’optimisation de la nutrition minérale et à un bon développement du système de défenses naturelles. Il est possible de privilégier quelques axes importants à cet égard.
Un apport équilibré de zinc, de manganèse et de soufre. Cet apport minéral a pour effet d’améliorer la sensibilité et la réactivité de la plante face aux agressions du milieu. Le manganèse régule le fonctionnement cellulaire. Il est également indispensable à la synthèse de la chlorophylle et stimule aussi la photosynthèse. Le soufre apporte des éléments constitutifs des protéines. N’oublions pas le zinc, qui agit en régulateur de la croissance, contribue à la synthèse du tryptophane et influe sur la synthèse des auxines, hormones qui favorisent la croissance du maïs. Le phosphore contribue à la formation des épis à des stades jeunes et conditionne directement le rendement. Il est l’élément le moins mobile du sol, sa disponibilité est généralement insuffisante lorsque les besoins des cultures sont à leur apogée.
Initier et développer le système de défenses naturelles de la plante : l’épaississement des parois cellulaires induit par les mécanismes de défenses naturelles constitue une barrière physique et mécanique qui peut participer à une meilleure résistance aux agressions du milieu. Il s'agit soit d'enzymes s'attaquant directement aux parois du pathogène, soit d'enzymes commandant la synthèse de substances antimicrobiennes organiques, les phytoalexines aident ainsi à activer ces mécanismes de défenses naturelles de la plante.

 

Soyez donc prêts à bousculer vos habitudes. Choisir une variété plus tardive, accroître la vitalité des jeunes maïs et protéger vos semis contre les ravageurs sont autant de pistes que nous vous proposons. Nos experts sont là pour vous aider à envisager toutes les solutions. N’hésitez pas à les contacter !

A découvrir

OPTIPLANT® Pois Féveroles Lupins ASR
Contribue à une production de qualité des protéagineux
COLEOFAR® Grandes cultures T
Contribue au soutien de la croissance et à l’équilibre des maïs et autres cultures exigeantes au démarrage
AVIFAR Field Crop CEP
Contribue au soutien de la croissance et à l’équilibre de la plante